En direct du Plessis

Si vous voulez devenir arbitre au Racing Metro 92 contactez Jean LESPES à l’adresse: jeanlespes@hotmail.fr.
 
 
Top 14

Résultats Rugby Top 14

Barrages

Stade Toulousain   Racing Metro 92
Stade Toulousain // Racing Metro 92
33 - 19
10/05 - 21h00
Stadium
Stade Toulousain   Racing Metro 92
 

ChargementEssais

 

 

Essais : Fickou (17'), Picamoles (54').

Transformation : McAllister (54').

 

35' - MATADIGO non transformé par WISNIEWSKI

56' - CHAVANCY non transformé par WISNIEWSKI

 

Pénalités

 

McAllister (3', 28', 49', 59', 68', 74')

 

7' - passée par WISNIEWSKI

14' - passée par WISNIEWSKI

61' - passée par WISNIEWSKI

 

Drops

 
 

Pas de drop.

 

Cartons

 

 

Pas de carton.

Le Racing Metro 92 s'est incliné lors du match de barrage qui l'opposait au Stade Toulousain ce vendredi au Stadium de la ville rose (33-19). Le double champion en titre connaitra donc sa vingtième demi-finale en autant de millésime. Pour les Ciel et Blanc, la saison 2012-2013 se termine, eux qui auront tant donné lors de cet exercice. (Crédit : Julien Poupart).

Compte-rendu du match

 

Deux heures avant le coup d'envoi, et quelques minutes avant le départ vers le Stadium, les Ciel et Blanc s'étaient donnés rendez-vous, une dernière fois, pour se retrouver dans leur hôtel. L'atmosphère y était alors déterminée, pleine de rigueur. Chacun entrait dans la rencontre à sa façon. Certains avec les casques aux oreilles quand d'autres s'échangeaient des regards qui en disaient long sur l'envie qui régnait dans le groupe. Rien ne pouvait éloigner les Ciel et Blanc de leur souhait d'écrire une nouvelle page de la longue histoire du Racing écrite depuis plus de 130 printemps. Seuls les straps déposés par les kinés sur les cuisses des Franciliens venaient interdire le silence de devenir roi. Et puis Gonzalo Quesada prit la parole. Ce sera sa dernière causerie d'avant-match. « Ces moments sont importants. On en a chié, alors profitez en. (…) Faite le ce soir, en équipe, pour les potes ! ».


 

Et s'il fallait (re)mettre le Racing dans l'ambiance, le Stadium incandescent, et le Toulouse de Dusautoir, s'en chargeaient dès le coup d'envoi. Pénalisés suite à une mêlée et plusieurs temps de jeu, les Ciel et Blanc voyaient Luke McAllister ouvrir le score de son pied droit. Le Stade Toulousain enchaînait et mettait la pression sur l'arrière garde francilienne qui ne cédait pas pour autant. Cette défense qui tout au long de la saison aura été l'une des principales forces du Racing continuait de l'être face au double champion de France en titre qui sortait d'une victoire bonifiée de huit essais face à Grenoble le week-end dernier. Et comme si de rien n'était, on entendait les supporters racing(wo)men, venu(e)s faire le déplacement en Haute-Garonne, donné(e)s, petit à petit, un peu plus de voix au rythme que les Ciel et Blanc revenaient dans la partie. Une pénalité de Jonathan Wisniewski, puis deux, et voilà que le Racing se retrouvait devant au tableau d'affichage. Mais c'était sans compter sur Gaël Fickou qui, au quart d'heure de jeu, concrétisait la domination de sa formation.

 

 

Une page se tourne


 

Le Racing peinait en témoignaient les deux passes après contact mal négociées de Juan-Martin Hernandez qui bénéficiaient aux Toulousains. Un ouf de soulagement traversait alors le XV Ciel et Blanc qui remédiait à ses faiblesses lorsque Masi Matadigo allait aplatir dans l'en-but du Stadium. Toulouse fléchissait, comme si la confiance avait changé subitement de camp. Mais, revenus à égalité, les Franciliens voyaient les hommes de Guy Novès prendre l'avantage sur le fil en ce premier acte grâce à un nouveau but de l'ouvreur néo-zélandais.


 

Et le Stade, lui qui sait si bien faire lorsque les confrontations sont à élimination directe, démarrait le second acte tambour battant. Des offensives qui échouaient au gré de l'agressivité proposée par les Racingmen mais qui étaient récompensées par une pénalité de McAllister, encore. Les Toulousains n'en démordaient pas, enchainaient et c'est Louis Picamoles à la suite d'un groupé pénétrant qui s'envoyait dans l'en-but francilien. Dur pour le Racing. Mais ce millésime 2012-2013 ne lâche pas. Et à la suite d'une percée d'Hernandez, Henry Chavancy, bien servi par l'arrière argentin, répondait au troisième-ligne du XV de France.


 

Mais le travail d'usure des Stadistes aura finalement fini par payer. Le Racing échoue pour la quatrième fois consécutive lors de son premier match de phase finale. Les Ciel et Blanc n'auront pas à rougir de leur prestation, eux qui ont tant donné lors de ce barrage et tout long de la saison. Une page se tourne. Clap de fin.

 

Prochain match

samedi 03 mai 14H40

VS
Infos Billetterie
 
 
 
 
Playlist du mois