actuImage.php

RM 92 vs ST – Quesada : 'L'euphorie est contrôlée'

RM 92 vs ST – Quesada : 'L'euphorie est contrôlée'

Publié le 29/03/2013

Présent en conférence de presse d'avant-match, Gonzalo Quesada a délivré une analyse psycho-technique du groupe Ciel et Blanc avant la réception du Stade Toulousain, ce samedi à 20h40 au Stade de France. (Crédit Photo : Fabrice Aygalenq)

 

 

Gonzalo, un gros week-end attend le Racing. Comment tes troupes se sentent-elles avant ce choc ?

 

Notre grand challenge depuis le début de la phase retour est de garder l'équipe accrochée à l'objectif principal. Nous essayons toujours de lier ce but comptable à la performance. Pour cela, nous avons posé notre attention sur les différents aspects du jeu à corriger et cela a plutôt pas mal marché. Nous sommes restés concentrés sur l'essentiel plutôt que de penser au nombre de matchs que l'on a gagné et aux effets des prochains résultats sur notre classement.

 

 

Dans la victoire, vous avez malgré tout quelques points à améliorer. On pense notamment aux deuxièmes mi-temps moins accomplies que les premières...

 

Heureusement, chaque rencontre nous laisse un lot de points à améliorer à l'image de la deuxième mi-temps un peu moins bonne contre l'USAP. Une chose récurrente même si dans les derniers matchs, nous avons aussi affiché une belle maîtrise du début à la fin qui nous a permis de gagner. Nous allons essayé de refaire ça dès samedi face à l'un des trois gros du championnat avec Toulon et Clermont. Depuis ces deux rencontres, ce match contre Toulouse est le plus dur que nous ayons à appréhender.

 

 

Le groupe ne se laisse donc pas tomber dans une euphorie collective avec cette série de victoires en cours ?

 

J'ai eu peur la semaine dernière. Nous avions une réelle confiance mais qui est très compliquée car cela peut déborder très vite dans une euphorie. J'avoue que j'ai échoué car nous avons eu une semaine euphorique... Samedi, nous n'avons pas fait de mise au vert, nous avons mangé au Plessis-Robinson puis nous sommes chacun allés en voiture au stade. À table, les mecs étaient contents d'être là comme si c'était un jour de plus dans la semaine, heureux d'aller jouer un match avec une joie un peu démesurée. Nous avons pu calmer ça avant le match et cela nous réussi. Cette semaine, l'euphorie est beaucoup plus contrôlée avant de jouer Toulouse. On est dans une situation plus équilibré.

 

 

" Rester dans nos schémas de jeu du début à la fin "

 

 

Quels sont les axes de progression du Racing ?

 

Nous essayons d'assurer l'essentiel dans ce jeu et bossons beaucoup sur notre conquête et notre défense. Nous avons déjà pensé à de nombreux détails et notamment celui d'assurer ce qui nous a permis de gagner contre Perpignan. Une mêlée et une touche conquérantes, une défense efficace parce que ce sont les clés si nous voulons aller loin. Nous avons également essayé de faire évoluer notre organisation offensive. tout simplement pour avoir une bonne alternance dans notre jeu au pied mais surtout pour tenir longtemps le ballon et essayer de mettre en danger la défense adverse. Ce sont les grandes lignes de notre jeu et il y a énormément de travail.

 

 

Comment expliques-tu la maîtrise de la première mi-temps, puis un moins bien en seconde ?

 

C'est plus dans la gestion que nous devons évoluer. Dans les deux derniers matchs, un de nos points faibles était que pendant cinquante minutes, nous avions le contrôle du match, tout se déroulait comme prévu et nous avions une perte de maîtrise sur la dernière demi-heure. Nous ne croyons pas que ce soit un problème physique car notre préparation physique est de très haut-niveau, c'est donc davantage psychologique. Nous avons beaucoup insister sur cet aspect-là pour éviter que les joueurs se contentent de maîtriser sans vraiment maîtriser et sortent de la structure. Nous devons rester dans nos schémas de jeu du début à la fin.

 

 

Une différence avec le Stade Toulousain qui arrive grâce à son expérience à reprendre très vite le fil de sa rencontre...

 

Pour moi, c'est le signe d'une grande équipe. Nous en avons parlé en interne et nous nous sommes demandés : quand serons-nous une grande équipe ? Uniquement lorsque nous aurons cette capacité à gérer les temps forts comme les temps faibles. Toulouse a montré l'exemple dimanche. Après une heure de match compliquée contre un Stade Français très pressant et qui avait l'objectif concret de gagner là-bas, Toulouse, par quelques changements, a eu les ressources de tuer le match et de mettre quarante points. Ils savent tenir ce rythme pendant quatre-vingt minutes. C'est facile à dire, à théoriser, mais psychologiquement dans la gestion d'une équipe, il y a besoin de beaucoup de continuité. C'est pour cela que nous essayons de stabiliser le groupe afin qu'il y ait des automatismes. Quoiqu'il arrive, un beau challenge s'offre à nous samedi, celui de réussir à contrôler le rythme du match et de gérer les différentes périodes de la rencontre.

 

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Il n'y a pas de commentaire

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

dimanche 26 octobre 18H15

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois