RM 92 vs CO - La victoire avant Toulouse

RM 92 vs CO - La victoire avant Toulouse

Publié le 04/05/2013

Le Racing Metro 92 l'a emporté face au Castres Olympique lors de la dernière journée du Top 14 (29-28). Après une belle première mi-temps, les Ciel et Blanc ont vu leurs adversaires du jour revenir petit à petit dans la rencontre. Mais un essai d'Eddy Ben Arous a permis aux Franciliens d'obtenir un nouveau succès au Racing qui ira au Stadium vendredi défier le double champion en titre, Toulouse, lors du barrage. (Crédit : Julien Poupart // Attitude Rugby).

 

 

« Si l'on met ces deux essais pour lesquels nous avons eu tant d'occasions lors de la première mi-temps, ce n'est plus pareil. Nous n'aurions pas eu la même équipe en face ». Dimitri Szarzewski a parfaitement résumé le scénario d'une rencontre qui était entre les mains des partenaires du capitaine francilien. Mais voilà, une nouvelle fois, les Ciel et Blanc ont craqué alors même qu'ils dominaient. Et c'est cette fâcheuse deuxième période qui donne tant de regrets au stade Yves du Manoir. « Nous ne concrétisons pas nos temps forts, reprend l'ancien parisien. On rentre aux vestiaires avec seize points d'avance, nous avons une idée du score de Montpellier et nous savons que notre second acte est l'un de notre défaut. Après la pause, on a joué à la baballe... ». Une entame à sens unique qui ne profitait pas, encore alors, aux Castrais. Mais le temps jouait pour ces derniers qui, au fil des minutes qui s'écoulaient, prenaient le dessus sur les Ciel et Blanc. Deux essais en moins de trois minutes puis un troisième signé Rory Kockott et voilà que les Tarnais prenaient pour la première fois de cette 26ème journée l'avantage au score.

 

La messe était dite pensait alors la grande majeure partie de l'enceinte de Colombes. C'était sans compter sur la force d'abnégation de ce groupe Ciel et Blanc revenu de si loin après un automne compliqué. « Je veux féliciter les ressources de cette équipe », reprenait Szarzewski. Un discours engagé quelques secondes plus tôt par son entraîneur, Gonzalo Quesada. « Je suis tout de même satisfait. En deuxième mi-temps, nous perdons notre structure mais au fond de moi, je garde ce premier acte qui est l'un des plus abouti de la saison. Malheureusement, on a voulu marquer des essais avant de les construire... Nous nous sommes trompés, on a pas su gérer. C'est un mélange de sensations ». Car, après une première mi-temps de haut vol marquée par de nombreuses occasions de passer l'en-but du CO et cet essai de Sireli Bobo qui fêtait parfaitement sa dernière à Du Manoir, le Racing a craqué... Jusqu'à finalement l'emporter.

 

Ce sera donc face à Toulouse, au Stadium, que les Ciel et Blanc retrouveront cette saveur si particulière d'une phase finale. Une équipe qui, il y a quelques semaines, infligeait un dur revers aux Racingmen dans les ultimes instants. Une équipe qui est la seule à ne pas être tombée sous les coups de boutoirs franciliens. Mais ce sera l'équipe à battre si ce Racing 2012-2013 veut continuer à rêver. Pour Dimitri Szarzewski, rendez-vous était pris dès la fin de cette dernière levée de la saison régulière. « Toulouse, c'est Toulouse. C'est le double champion en titre, la seule formation que l'on a pas battu. Nous nous donnerons à deux cents pour cent. On veut finir en beauté et nous savons par quoi cela passe. Aujourd'hui, on a beaucoup appris et ça nous servira pour la suite ».

 

 

La suite, donc, ce sera Toulouse et le barrage. Et deux challenges s’offriront aux Ciel et Blanc vendredi : faire tomber le Stade Toulousain et vaincre le signe indien qui accroche le Racing depuis sa remontée, à savoir l'emporter pour la première fois en phase finale. Et à Szarzewski de conclure : « Ce qui nous importe, c'est de jouer ce barrage. Je pense que l'on est prêt. Nous serons outsiders ».

 

 

La feuille de match ici.

Notez cet article

 
Tous les articles

Vos réactions

Ajouter un commentaire

 
  Tous les champs * sont obligatoires.

Prochain match

samedi 30 août 20H45

VS
Infos Billetterie
 
 
+ d'infos
 
 
Playlist du mois